Laure Naimski: L’atelier d’écriture comme orchestre de jazz

L’EACWP, association européenne des programmes d’écriture créative, réunit des représentants de dix-huit différents programmes d’écriture créative en Europe ainsi que des universitaires et des écrivains. Dans ce cadre, s’est tenue en novembre 2012 à Paris la 1ère conférence pédagogique internationale dédiée à l’enseignement de l’écriture créative. Nous publions ici un texte de Laure Naimski, extrait de cette conférence. Laure NAIMSKI (France) Introduction Je dois d’abord vous dire que je ne vis pas de la musique de Jazz. Je ne suis pas assez bonne musicienne pour cela : 15 ans de pratique de la musique et plus particulièrement du saxophone l’ont prouvé. Je gagne ma vie par mes travaux de journalisme et de communication. Il y a deux ans, j’ai aussi commencé une activité d’animation d’ateliers d’écriture pour adultes, activité qui reste plus ou moins un hobby. Il y a peu, j’ai eu une idée. Elle était sans doute latente, mais elle est apparue en pleine lumière et je ne saurais dire pourquoi à ce moment précis. L’idée, c’est que les ateliers d’écriture ont quelques similarités avec les orchestres de Jazz. Et … Lire la suite

La maîtrise d’une langue : une histoire sans fin

Bien des gens doutent de la part enseignable de l’écriture créative. Mais personne ne doute de celle qui existe dans l’enseignement d’une langue étrangère. On le voit comme une sorte de continuum qui partirait de zéro, comme un bébé qui apprend à parler, ou un étranger qui découvre une nouvelle langue et passe par tous les stades de l’apprentissage.

En choisissant des exemples dans ma propre vie, du jour de ma naissance à aujourd’hui, je vais tenter de démontrer et de souligner ce continuum dans l’apprentissage d’une langue, des premiers mots du bébé aux techniques complexes de la narration et aux figures rhétoriques. Lire la suite

Photographier, écrire

J’ai commencé à écrire des nouvelles lors de mon premier atelier d’écriture. Au bout d’un moment, j’ai trouvé que mes histoires étaient trop linéaires, mais, en essayant de les rendre moins linéaires, je les rendais de plus en plus énigmatiques, obscures, confuses (pas seulement pour le lecteur, pour moi aussi).

S’est alors posée la question suivante : comment pouvais-je représenter le monde, comment pouvais-je explorer des formes narratives nouvelles, avec une approche innovante de la relation au temps, à la chronologie ? Lire la suite

Inventer des personnages

Cet atelier était composé d’exercices multiples visant à aider les participants à créer des personnages et, à travers eux, une histoire. Le premier exercice consistait à penser à trois petits objets que leur personnage aurait sur lui. Ces objets devaient être décrits en quelques phrases descriptives. Puis les participants devaient imaginer la maison de leur personnage et décrire trois aspects de cette demeure, là aussi en quelques phrases. Enfin, il leur était demandé d’associer chacun des objets à un des aspects de la maison, décrivant la raison de cette association en quelques phrases. Lire la suite

L’écriture créative et les enfants

Auteur, directeur de théâtre et enseignant d’écriture créative, Harri István Mäki est né en 1968 en Finlande et a passé son enfance en Hongrie. Il est l’auteur de 49 romans, surtout des livres pour enfants et adolescents, ainsi que de pièces de théâtres, de scripts pour la télévision, de pièces radiophoniques et de scénarios de films. Il aime les chiens nains, les cochons d’Inde, les poneys, le dessin et les voyages. Harri ISTVÁN MÄKI (Finlande) Les enfants adorent utiliser leur imagination et écrire des histoires. Pour l’enseignant, c’est simple : il suffit de les préparer et de laisser ensuite leur créativité suivre son cours. Je vais vous parler ici de quelques-unes des stratégies qui permettent de faire démarrer les jeunes écrivants du bon pied. Les élèves n’ont pas à se soucier de la grammaire lorsqu’ils font de l’écriture libre. C’est une activité qui leur permet de faire émerger des idées d’histoires, ou des points de départs pour des écritures plus élaborées. Ils peuvent utiliser la phase d’écriture libre comme guide pour la suite. Ils peuvent aussi travailler en groupes sur des … Lire la suite

Enseigner l’écriture dans une langue étrangère

Présentation de situations d’enseignement par Daniel SOUKUP Daniel Soukup (1976) est diplômé en anglais, allemand, littérature tchèque et théorie littéraire de l’Université Charles (Prague, République Tchèque). Il enseigne à la faculté des Lettres Josef Škvorecký (Prague) depuis 2002 et occupe depuis 2010 le poste de vice-recteur de l’université affecté aux relations internationales. Il a été en 2005 un des fondateurs du réseau européen des programmes d’écriture créative dont il a été le premier coordinateur (2005–2010), et est ensuite devenu vice-président de l’European Association of Creative Writing Programmes (EACWP) [Association européenne des programmes d’écriture créative] (depuis 2010). Il a publié des traductions, de la poésie et des articles de recherche. Le point le plus évident qui fait obstacle à une coopération fructueuse dans le domaine des ateliers d’écriture en Europe est l’incroyable multitude de langues en pratique. En théorie, nous ne pouvons qu’être heureux de cette richesse linguistique, mais dans notre quotidien, nous sommes trop souvent confrontés  aux problèmes pratiques qu’elle pose. Dans la mesure où il semble souvent  difficile de se comprendre les uns les autres, même sur des sujets … Lire la suite

Sur la narration : la mise en forme de l’expérience

Il y a quelques mois, j’ai lu un essai du grand auteur de nouvelles américain, Andre Dubus. Conçu comme une lettre (et effectivement intitulé Lettre à un atelier d’écrivains), c’est une merveilleuse méditation sur la manière d’enseigner l’écriture au mieux, sur ce qui est bon pour les étudiants et ce qui peut être dommageable. Dubus écrit : « Hemingway a dit jadis qu’il avait peu de talent naturel et que ce que les gens appelaient son style était en réalité le résultat de ses efforts pour vaincre son manque de talent. Il ne faut pas rire de cette remarque. Car qu’est-ce que l’art si ce n’est un effort constant et passionné de faire quelque chose avec le peu que nous possédons, le peu que nous voyons ? ». Lire la suite

Introduction au colloque du 8 novembre 2012

Je me souviens d’avoir donné une mini-conférence sur le thème « Comment commencer un roman » à Orivesi, une conférence sur mon « expérience d’auteur-enseignant-manager » et un atelier sur « les narrations polyphoniques », toujours à Orivesi, mais tout cela, ponctuel, n’avait rien à voir avec une expérience aussi interactive que celle que nous avons partagé à Paris.

Je me souviens d’avoir donné une mini-conférence sur le thème « Comment commencer un roman » à Orivesi, une conférence sur mon « expérience d’auteur-enseignant-manager » et un atelier sur « les narrations polyphoniques », toujours à Orivesi, mais tout cela, ponctuel, n’avait rien à voir avec une expérience aussi interactive que celle que nous avons partagé à Paris. Lire la suite

De l’ironie en écriture comme attitude envers la vie

J’enseigne l’écriture ironique depuis presque vingt ans. Avant cela, j’ai moi-même écrit bon nombre d’articles et de sketches « ironiques » pendant mes années à l’université, et ai fait aussi quelques recherches sur le sujet.

Cet automne, mon cours sur le sujet de l’ironie s’adressait pour la première fois à des étudiants de première année. Je me suis une fois de plus demandé s’il était bien judicieux d’enseigner cette difficile figure rhétorique à des débutants. Puis je me suis souvenu de quelques points.

Dans les écoles pour écrivains, il est fréquent d’enseigner la poétique aristotélicienne aux débutants. Mais que dire des classiques favoris tels qu’Œdipe par Sophocle ? Ne donnent-ils pas dans l’ironie ? Lire la suite