Ecrire pour la radio, Juliette Boutillier « un réel imaginé uniquement en son »

Juliette Boutillier est réalisatrice de fictions et documentaires sonores. Elle travaille régulièrement pour France Culture notamment. Durant le stage professionnel de deux fois 3 jours qu’elle va animer pour Aleph-Écriture Écrire une adaptation radiophonique (stage AFDAS) du lundi 10 octobre 2016 au mercredi 19 octobre 2016, elle proposera aux auteurs d’adapter un projet personnel pour la radio, autour d’une fiction de 30 minutes. Métier peu connu, nous l’avons rencontrée pour en savoir plus sur ses réalisations radiophoniques. L’Inventoire: Juliette, vous êtes réalisatrice de documentaires sonores. Comment avez-vous découvert cet univers? Juliette Boutillier: En empruntant un chemin de traverse … Durant le temps où j’étais étudiante à l’Insas à Bruxelles et que je me destinais à la mise-en-scène théâtrale, l’école nous a proposé une formation radiophonique. Le documentaire sonore m’était alors étranger, je n’avais jamais touché à un micro. Par contre je me souviens du choc ressenti durant ma première prise de son extérieure alors que je captais une séquence où des enfants – vivant avec leurs parents dans la rue – étaient en train de bricoler une vieille voiture… Dans mon casque, … Lire la suite

Ecrivain public, se former à Paris 3: Entretien avec Aurélie Delattre

Agrégée de Lettres classiques, Docteur en littérature latine et enseignante dans les départements de Littérature et linguistique françaises et latines et de Médiation culturelle de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Aurélie Delattre est responsable de la Licence professionnelle Conseil en écriture professionnelle et privée, dans laquelle elle enseigne également la rhétorique. Marie-Hélène Mas l’a rencontrée pour l’Inventoire, pour tenter de définir ce qu’est un Ecrivain public. L’Inventoire : Depuis combien de temps la Licence professionnelle Conseil en écriture professionnelle et privée – Écrivain public de la Sorbonne Nouvelle existe-t-elle ? À quel besoin répond-elle ? Aurélie Delattre : La licence existe depuis une quinzaine d’années. C’est le seul diplôme national de formation des écrivains publics/conseils en écriture (il existe aussi un diplôme d’Université à Toulon). Elle répond tout d’abord à la nécessité absolue d’être formé quand on veut écrire pour autrui. Ce besoin de formation couvre le champ social, pour lequel un certain nombre de connaissances techniques (par exemple en droit) sont indispensables. Mais il est indéniable également dans le cadre du conseil en écriture de façon plus large : on ne s’improvise pas … Lire la suite

L’écrivain public, de la plume à la toile

Après des études de psychologie et un beau parcours en communication interne dans une entreprise dédiée au voyage, Marie-Hélène Mas suit aujourd’hui le cursus universitaire de la licence « Conseils en écriture professionnelle et personnelle – Écrivain public » à la Sorbonne Nouvelle. Elle veut faire de l’écriture son métier. Par Marie-Hélène Mas Méconnu du grand public, ce métier s’adresse à des publics divers, regroupe de multiples facettes, de nombreuses missions et fait appel à des compétences accrues tant dans le domaine social, créatif que numérique. L’ancêtre de l’écrivain public n’est autre que le scribe de l’Égypte antique ! Il est, au sens littéral du terme, celui qui pratique l’écriture. Son activité consistait à écrire et recopier à la main des documents privés, des textes officiels, administratifs, religieux et juridiques à une époque où l’imprimerie n’existait pas et où les lettrés étaient rares. Aujourd’hui, si la première vocation de l’écrivain public est toujours d’écrire pour l’autre, son statut et ses missions se sont fondamentalement transformés. Son principal outil est le traitement de texte sur ordinateur ; sa motivation, le service aux autres ; ses expertises, plurielles et … Lire la suite