Dictionnaire de l’atelier: « Accueil »

Par Frédérique Anne (Ateliers d’écriture Élisabeth Bing)
L’atelier d’écriture est une terre d’accueil. Mais comment accueillir quand il n’y a pas de lieu, pas de porte à ouvrir, pas de sourire ?

Comment parler d’accueil  dans ce lieu hors sol qu’est  l’atelier par courriel ?

Accueillir chaque participant, sans le sourire de bienvenue. Dire quelque chose de soi, ne pas poser de questions, poser le cadre et dire la liberté dans le cadre. Dire l’unicité de la relation entre l’animateur et chaque écrivant. Je t’enverrai des retours sur ton texte et toi seul(e) les liras, ils ne seront qu’à toi. Et je te rappellerai, au cours du module 4, ce texte que tu avais écrit, au tout début du module 1, et qui t’avait donné du mal, et ce personnage que tu avais créé et qui ne cesse de grandir, de te surprendre et de surprendre tes lecteurs.

Accueillir le groupe, sans table commune, sans théière, sans le regard posé sur l’un et l’autre. Accueillir le groupe dans un projet partagé. Chacun saura des autres un prénom et une écriture. Vous vous tutoierez. Et de module en module, vous ferez groupe et deviendrez les uns pour les autres lecteurs privilégiés, complices et jamais complaisants.

Accueillir les textes, sans l’émotion de la lecture à haute voix. Lire des textes écrits, revus, retravaillés, des textes mûris, dans lesquels les participants ont mis tout leur talent, tous leurs objectifs, toutes leurs convictions, toutes leurs questions. Je transmettrai vos textes au groupe, comme un florilège, une guirlande, dans l’attente des retours.

Accueillir les retours, sans les regards échangés, l’hésitation, la prudence. Les auteurs/ lecteurs auront pris du temps, ils se seront attachés au sens et au détail, ils auront compris qu’ils pouvaient être directs et sincères. Ensemble, nous accueillerons les retours comme de nouveaux textes.

F.A.

Partager

Sed diam libero id, commodo commodo sit