Vos textes à partir de Boussole de Mathias Enard – L. Cotrait

5511fee3999bd3313a8c6a8101ffea1aCette semaine, nous avons reçu beaucoup de réponses à la proposition d’écriture de Solange de Fréminville à partir du roman de Mathias Énard « Boussole » (Actes-Sud, 2015). Voici un des 8 textes sélectionnés: celui de Laure Cotrait.

Se rendormir, ou bien… profiter du moment où l’on s’éveille déjà, alerte et reposée, parvenue à une part de la nuit qu’il convient d’interroger, car il y a une charnière entre les plus petites heures, deux heures, et celles du côté du jour nouveau, approchant quatre et cinq comme le seuil décent de la délivrance, mais ce que l’on s’autorise entre deux et trois c’est de lire des pages du livre quitté le soir, Boussole, prévu à portée de main près de l’interrupteur de la lampe de chevet, avec sur le sol le carnet qui permet de garder une trace des idées qui ont enrichi et bousculé le sommeil au moment fragile, et si l’on s’autorise la lumière, si l’on s’accorde de redresser les oreillers, replier les genoux alors que le corps garde la chaleur enclose sous l’édredon en recroquevillant les pieds et les bras en cuirasse, alors on cumule le confort et le récit et le temps récupéré sur les rituels abandons au repos, imposés en norme admonestant qui préfère l’insomnie, le texte, et la sagesse d’une déesse d’acropole, je te salue Athéna inspirant l’Odyssée, ta chouette au poing, ton oiseau prédateur nocturne au plumage sans poids, les yeux ouverts ronds, le duvet doux d’une petite effraie recueillie, sa face en cœur, candide, n’allons pas sacraliser le conformisme du bon sommeil réglé, il nuit.

Laure Cotrait, Atelier ouvert, 22/11/2015

Partager

accumsan nec libero. Curabitur sem, elit. pulvinar mi, amet, felis diam