Vos textes à partir de de Isabelle Monnin: « Les gens dans l’enveloppe » 2ème partie

Il y a 15 jours, Alain André vous a proposé d’écrire à partir du roman d’Isabelle Monnin, Les gens dans l’enveloppe (Jean-Claude Lattès, 2015), un roman écrit à partir de photos trouvées par l’auteur. Nous avons sélectionné 10 textes, dont voici la seconde partie ! Merci à tous de votre participation ! Véronique Hallo Voyager en sacoche Mais quand est-ce que Papa revient ? Tata Lucienne est très jolie mais elle n’est pas gentille avec nous. Elle n’arrête pas de répéter : « Geneviève, Papa compte sur toi pour montrer l’exemple à Catherine. Sois un peu plus obéissante. » Mais elle veut toujours qu’on arrête de rire, qu’on ne parle pas à table. Mais c’est le seul moment où on la voit. Et sinon on reste avec Pépère mais je ne comprends pas ce qu’il raconte. Elle, Tata, elle part toujours avec son vélo. J’aimerais aller avec elle. Parfois je mange moins le soir et je me dis que le lendemain j’arriverai à rentrer dans une des sacoches de son vélo. Elle ne s’en rendrait pas compte. Ou alors plus tard. Ses … Lire la suite

Vos textes à partir de de Isabelle Monnin: « Les gens dans l’enveloppe » 1ère partie

Il y a 15 jours, Alain André vous a proposé d’écrire à partir du roman d’Isabelle Monnin, Les gens dans l’enveloppe (Jean-Claude Lattès, 2015), un roman écrit à partir de photos trouvées par l’auteur. Nous avons sélectionné 10 textes, dont voici les 5 premiers  ! Merci à tous de votre participation !   Marion Gourdin Papé Benoit m’énerve, mais aussi il me fait rire avec sa tête trop grosse de petit frère trop petit. Je me moque de lui parce qu’il ressemble à une fille. Quand je lui dis, il se met à chouiner. J’aime pas quand il pleurniche, parce que c’est sur moi que ça retombe, même quand j’ai rien fait. C’est pas juste. Bon il faut dire que j’aime bien l’embêter, je peux pas m’empêcher de le provoquer. Ce qu’il déteste surtout, c’est quand je fais le rouleau avec la langue : il se fâche tout rouge, moi je ravale ma langue mais mes yeux me trahissent ; je suis une chipie. C’est Papé qui le dit. Papé c’est le faux papa de maman. C’est lui qui nous garde quand … Lire la suite

Vos textes à partir de Tanguy Viel: 1ère partie

Vous avez été nombreux à nous envoyer vos textes cette semaine, en réponse à l’appel à écriture de Alain André à partir du roman de Tanguy Viel, Article 353 du code pénal (Minuit, 2017). Difficile de choisir parmi une grande variété de styles et d’histoires inventives et piquantes! Voici donc les 14 textes retenus, qui font l’objet de 2 publications, voici la première !   Viviane Clément Tout s’est passé très vite. J’ai raccroché le téléphone et j’ai attendu. Il faisait presque nuit, l’ombre envahissait le jardin, pourtant je voyais encore la balançoire immobile accrochée sous le saule. Ils sont arrivés sans bruit, j’ai entendu seulement leurs pas dans l’escalier. J’ai ouvert la porte, une femme est entrée, s’est assurée de mon identité, a lu mes droits, a glissé des menottes autour de mes poignets. C’est ainsi que j’ai quitté la maison. Ma valise était prête, posée sur la table de la cuisine, à côté de la tasse peinturlurée dessus dessous que j’aurais bien aimé emporter. J’ai demandé : et le chat? Il faut le laisser dehors. Un policier s’est … Lire la suite

Vos textes à partir de Tanguy Viel: 2ème partie

Vous avez été nombreux à nous envoyer vos textes cette semaine, en réponse à l’appel à écriture de Alain André à partir du roman de Tanguy Viel, Article 353 du code pénal (Minuit, 2017). Difficile de choisir parmi une grande variété de styles et d’histoires inventives et piquantes! Voici parmi les 14 textes retenus, 7 textes. Merci à tous !   Courts Écrits Bluette   J’ai tenté de lui expliquer que c’était très différent, que les femmes sont outragées en continu, par des regards lourds, par tous ces commentaires convenus sur l’outrecuidance provocante de leurs accoutrements. Les hommes, eux, sont toujours flattés – à part si les compliments proviennent d’un individu de même sexe. Bien sûr que ça lui plaisait mon regard qui s’attarde sur sa bouche, il n’avait pas repoussé ma légère étreinte la première fois. D’ailleurs, avoir accepté un rendez-vous, il se doutait bien que j’avais une idée en tête. Il avait toujours, toujours ! répondu à mes messages. Cette première rencontre il ne l’avait pas écourtée. Et ensuite ses messages avaient répondu aux miens, ses plaisanteries à mes … Lire la suite

Vos textes à partir de « 78 moins 39 » de Corinne Lovera Vitali

Il y a 15 jours, Arlette Mondon-Neycensas vous a proposé d’écrire à partir de l’ouvrage de Corinne Lovera Vitali, 78 moins 39 (éditions Louise Bottu, 2016). Voici les 7 textes, pleins de tempérament, que nous avons sélectionnés.   Marie-Pierre Chaduc In the mood for love Ne me retiens pas je m’en vais enveloppé d’étoffes légères la tête penchée sur le côté droit vers cet horizon en noir et blanc bordé de brumes mes pas s’éloignent ne me restent dans l’oreille que leur écho comme une pulsation qui envahit tout l’espace avant le vide où plus rien n’existe où même le marcheur le plus téméraire disparaît happé par les djinns je pars sur des chemins que tu ne connais pas je pars poussière emportée par le vent d’autan sur des chemins qui se dérobent le cœur lourd la tête sans raison penchée à droite les reins creusés je pleure à chaque pas la soif m’étreint je ne durerai pas Ne me retiens pas je m’en vais je ne reviendrai pas nous avons brûlé nos vaisseaux dans de vaines batailles ne me … Lire la suite

Vos textes à partir du roman de Marie Nimier « La Plage »

Il y a 15 jours, Juliette Rigondet vous a proposé d’écrire à partir du roman de Marie Nimier « La Plage » (Gallimard, 2016). Voici les 6 textes que nous avons sélectionnés. Merci à tous de votre participation! Jean-Marc Garriga Koma-Kino Station Désastre. Je descends du métro. Au pied des marches qui mènent à la surface siffle une bise sournoise. Je me demande s’il est encore ouvert. Ce serait bien s’il était ouvert, car je n’ai aucun autre endroit où aller pleurnicher. Je ne veux pas souiller mon petit appartement tout blanc Ikéa. Mon appartement doit être positif, comme dans les magazines de déco. Quand je ne vais pas bien, quand Laure ne veut plus me voir tout nu (elle ne veut plus me voir du tout en vérité), je vais au Koma-Kino, le vieux ciné dans ce coin de Paris, qui sait encore rester un village. Je vais revoir les Damnés de Visconti. Le film passe ici depuis sa sortie, quand le formica, les néons du Koma-Kino étaient rutilants. A la caisse, depuis la retraite de Jeannette, la caissière à forte … Lire la suite

Vos textes à partir du roman de Harry Parker « Anatomie d’un soldat »

Cette semaine, Alain André vous a proposé d’écrire à partir du premier roman de Harry Parker, Anatomie d’un soldat (Christian Bourgois, 2016). Voici les 8 textes que nous avons sélectionnés, merci à tous pour votre belle participation!   Claudine Van Beneden Je ne vois pas très souvent la lumière, je sors lors de certaines occasions. Ces derniers temps il n’y en a pas eu beaucoup…. des occasions. Je suis bien rangé, je ne suis pas tout seul, les autres plus communs sortent et reviennent plus souvent. Ce matin là, tôt, c’était un dimanche, il y avait beaucoup d’agitation. Une belle et joyeuse agitation, je ne voyais rien mais à l’oreille ce n’était pas comme d’habitude. Souvent je perçois de l’anxiété et des disputes. Cette fois c’était autre chose. Il y avait de la joie, je crois. Il était 13h30 quand on m’a sorti et j’ai compris. D’un coup, j’étais sur la belle assiette transparente. A côté du gâteau d’anniversaire maison, celui au chocolat. C’était son anniversaire à elle. Elle avait 15 ans. Je suis passée de la cuisine à la … Lire la suite

Vos textes à partir de  » À ce stade de la nuit » de Maylis de Kerangal

En décembre, Solange de Fréminville vous proposait d’écrire à partir du texte de Maylis de Kerangal, À ce stade de la nuit, Verticales, 2015). Voici les 13 textes que nous avons sélectionnés, merci à tous pour votre belle participation! Claire Le Goff   Toulon Toulon c’est long sur la carte depuis le haut jusqu’en bas, long depuis son départ, vingt-trois ans et des mois depuis qu’il a quitté le nord, s’en est allé, une ville du sud et c’est tout. Je ne connais Toulon que de nom mais je connais Toulon, car il est contenu tout entier dans le nom de Toulon, dont il ne bouge plus, dont il n’est jamais revenu – un caveau, Toulon, puisqu’il n’en est jamais revenu, jamais remonté au nord, fini le nord, que j’ai perdu, moi, depuis qu’il a fui vers le bas, deux décennies déjà, même plus déjà, deux longues jambes pour fuir, deux longs bras pour marquer la distance. J’y suis passée un jour, un port, une gare, ne me suis pas aventurée, et j’ai frôlé les murs à mesure qu’ils s’érigeaient … Lire la suite

Venez découvrir L’Atelier Ouvert à Paris ce samedi 14 janvier!

Le samedi 14 janvier, dans le cadre de la Nuit de la lecture, Aleph-Écriture en partenariat avec la librairie le Rideau Rouge (Paris 18ème) vous invite à lire et à écrire ! De 18 h à 19 h 30 : Aleph-Écriture et le Rideau Rouge vous invitent à un « ATELIER OUVERT » : Solange de Fréminville, l’animatrice de l’atelier, vous proposera plusieurs textes d’écrivains autour du thème de la ville. À partir de ces textes, une proposition d’écriture sera faite. Vous écrirez sur place, lirez votre texte et échangerez sur ce qui a été produit autour de la thématique. L’inscription est souhaitée, et une participation de 15€ par séance est demandée (contact, information et inscription : info@aleph-ecriture.fr / 01 46 34 24 27) De 20 h à 21 h 30 : La soirée se prolongera avec des lectures et / ou mise en conte des textes produits et de contes et extraits sur le thème de la cité (Calvino, Pennac, Gougaud, Perec, Simonin…) avec les lecteurs et conteurs de l’opération Lire et Conter. Accédez à la programmation officielle ici : Atelier d’écriture en librairie Librairie Le Rideau … Lire la suite

Vos textes à partir de: Guinevere Glasfurd « Les mots entre mes mains »

En décembre, Alain André vous proposait d’écrire à partir du premier roman de l’Anglaise Guinevere Glasfurd, Les mots entre mes mains (2014 et Préludes, 2016). Voici les 4 textes que nous avons sélectionnés, plein de la fantaisie induite par les mots et les jeux de mains.

Nicolas Vaissière

Il s’est approché de moi. Je vois son reflet dans l’aquarium. Un homme en costume, l’air sérieux. Un peu perdu. C’est marrant, son image se mélange aux poissons, qui passent à travers comme si de rien n’était. C’est comme s’il était plongé dans l’eau, son costume trempé. Lire la suite