Vos textes: à partir de Russel Banks – LN

Parmi les textes reçus en réponse à la proposition d’écriture de Martine Leroy-Rambaud, à partir du roman de Russel Banks « Un membre permanent de la famille », nous avons choisi de publier 4 textes cette semaine! Voici celui de Laure Nghiêm

 

art_cleaned_away_00

 

« Ce mendiant, ses mots, ses dates, sont posés là comme des cailloux perdus dans la ville » se dit-elle. A cela près qu’elle les avait lus sur un vieux papier journal jauni, plié en quatre dans la poche de veste du mendiant. Elle avait cherché son identité.  Le mendiant était mort sous la chaleur assassine de ce dimanche d’été. Elle avait averti les services sociaux. Un homme sans papier, un homme sans abri, un homme sans avenir pensa-t-elle, tout en dépliant la feuille de chou, si sale qu’elle lui collait aux doigts. Cela ressemblait à un inventaire, mais il y avait des dates, une liste de dates. L’année la plus ancienne remontait à 1962. Elle était  suivie d’un mot : Evian. Puis s’égrenaient des nombres et des mots emmêlés jusqu’à l’année 2010. Elle retint 1975, accolée à « majorité ». En 1981, elle put lire « Français ». Puis plus rien ou du moins ce fut une série de mots et de chiffres raturés qui défilèrent sous ses yeux attentifs. C’était la trace d’un passé sans témoin, lacérant la page six d’un quotidien qui révélait le fragment d’un chapeau intitulant « plan social à… » Elle ne déchiffrait pas la suite, le papier était écorné. Tout de même, il y avait ces prénoms qui la retinrent : Dalila, Zohra, Medhi. Ceux là étaient sans date, alignés côte à côte et ils se répétaient, bien alignés, bien écrits, bien nets, sauf peut-être à la dernière ligne. Il lui sembla, là, que sur le prénom de Medhi, une petite auréole en avait dilué la fin. C’était une goutte de vie… une larme. Combien en avait il versé ?

Le Samu social s’était rapproché. Il exécuta son créneau avant que n’en descendent trois personnes qu’elle salua. L’une d’elles, le médecin, se dirigea vers le corps allongé. Il fit signe à ses deux collègues qui arrivèrent avec une civière. « C’est Ahmed » dit-il. Puis ce fut le silence.

Laure Nghiêm

Partager

pulvinar velit, leo commodo mi, eleifend Lorem