Hélène Massip : « L’arbre est un être vivant, qui peut vivre plus longtemps que nous »

Hélène Massip nous parle des arbres en tant que source d’inspiration. Poète, elle nous convie prochainement à écouter les arbres, à écrire au plus près d’eux, au Parc de la Tête d’Or à Lyon le dimanche 27 juin.

L’inventoire : Pourriez-vous nous dire ce que les arbres ont à nous faire entendre ?

Hélène Massip : Aller à la rencontre des arbres dans un parc, ce n’est pas comme aller à la rencontre des arbres en forêt ou dans un espace naturel. Le Parc est une architecture. Choix des essences, emplacements, répartition, tout a été pensé, à l’origine par deux frères, Denis et Eugène Bühler, choisis par la Ville de Lyon lors de la création du Parc de la Tête d’Or en 1856. Si, depuis, des modifications ont été apportées, l’esprit d’origine a été gardé.

Espaces ouverts, perspective, arbres en bouquet, essences variées : nous irons du côté des arbres les plus anciens : hêtres, marronniers, platanes, séquoias, orangers des Osages, érables, ginkgo biloba, cèdres, cyprès, micocoulier, et autres.

L’Inventoire : écrire c’est savoir écouter. Pensez-vous que les arbres nous aident à entendre ? Nous ramènent à ce que nous sommes ou à une dimension animale et oubliée ?

Crédits photographiques : Hélène Massip

Dans cet espace, qui n’est pas la nature, qui est une architecture humaine, comment rencontrons-nous les arbres ?

Nous ouvrirons nos sens, nos mémoires, nos imaginaires pour écrire à partir de nos sensations, de nos souvenirs, de réminiscences, peut-être pour rejoindre en nous une forêt ancienne, métaphorique et sensuelle.

Nous entrerons en résonance avec ces êtres si présents. Nous nous installerons à leur pied, prendrons le temps de respirer, d’écouter, de ressentir.

Pourriez-vous nous donner un extrait d’un texte poétique qui en parle?

Des textes d’auteurs accompagneront le fil de la journée, poètes ou romanciers, essayistes aussi, qui ont fait la part belle aux arbres, à leur présence dans nos espaces urbains ou naturels, à leur compagnonnage dans nos lignées et dans nos imaginaires.

Crédits photographiques : Hélène Massip

L’inventoire : la tradition poétique fait la part belle à la nature « Leaves of Grass » (« feuilles d’herbes ») de Walt Whitman, est-ce que cette ballade près des arbres peut nous permettre de trouver d’autres mots, d’autres sensations ?

Se placer en relation avec un ou des arbres, contempler, change notre état d’esprit. Des pratiques orientales comme le yoga (Inde) ou le qi-gong (Chine) proposent des « postures de l’arbre » où le corps s’enracine, se connecte à son environnement, où le souffle et l’esprit s’apaisent, où l’on s’accorde à l’instant présent.

L’arbre est un être vivant, lent, souvent plus grand que nous, qui peut vivre plus longtemps que nous. L’écriture émergera de ce jeu mimétique.

Entrer en résonance, en dialogue avec l’arbre, peut nous restituer une part de nous-même. Les invitations à écrire donneront des formes à cette petite aventure, en ouvrant les champs de la poésie, de la mémoire et de l’imaginaire.

« Ecrire tout près des arbres », est un stage animé par Hélène Massip pour Aleph-écriture au parc La Tête d’Or le dimanche 23 juin 2019 de 10:00 à 17:00.

venenatis, ipsum dolor. Donec et, felis