tumblr_my6y6f96f51qeb74to1_500

En réponse à la consigne d’écriture de Aude Lafait, qui vous a proposé d’écrire à partir du livre de Dany Laferrière, Je suis un écrivain Japonais, Grasset 2013, cette semaine, nous avons aimé le texte de Laure Naimski, qui publie ce mois-ci son premier roman « En Kit » aux Editions Belfond.

Rappel de la consigne: « Jusqu’où iriez-vous pour, à tout prix, écrire votre premier roman ? Quelles concessions ? Quelles folies ? « 

Tout casser

J’avais tout cassé. Je me souvenais que je possédais une batte de base-ball. Elle devait encore se trouver quelque part dans la maison. Elle y était. Au fond d’un placard où je range mes archives. J’avais serré le manche et tout était revenu. Du temps où j’étais enfant et où je me prenais pour Joe DiMaggio. Le sentiment que la batte de base-ball était le prolongement de mon bras, un bras indestructible. Presqu’une arme. Je suis petite. Je mesure un mètre soixante. Un peu plus lorsque je mets des talons hauts. Ce jour-là je n’en avais pas. J’avais fourré ma batte de base-ball dans un sac à dos en laissant dépasser le manche. Dans le métro les gens me regardaient. Je m’en foutais. J’avais en moi ce désir violent et ardent de tout casser depuis que j’avais raccroché au nez de la salope du service comptable de l’agence de communication pour laquelle je travaillais depuis des mois comme journaliste-rédactrice free lance et qui, une fois de plus, m’avait annoncé qu’elle ne pourrait pas honorer ma facture. Le bureau en faux frêne s’était brisé en deux, l’écran de l’ordinateur avait volé en éclats, l’épaule du directeur conseil était luxée et il hurlait, la pommette gauche de la secrétaire de direction saignait, mais ce n’était pas son sang, c’était celui de la comptable à qui je venais de casser le nez et qui pissait dans sa culotte et qui chialait et qui implorait pitié.

Quand je suis rentrée chez moi j’étais calme. J’allais enfin avoir du temps pour écrire ce premier roman dont je désirais tant accoucher. J’ai rangé la batte de base-ball dans le placard sans remarquer qu’elle était tachée de sang. C’est au tribunal, quand l’assistant du procureur l’a exhibée devant le jury comme pièce à conviction, que je m’en suis aperçue. Plus moyen de revenir en arrière. Je vais en avoir du temps pour l’écrire ce premier roman. Et plus qu’il n’en faut. Trois ans ferme.

Laure Naimski

Dernier ouvrage paru, février 20149782714456670

Partager

elit. pulvinar ut id venenatis, sem,