Previous Image
Next Image

info heading

info content

Marie-Hélène Lafon nous lit le texte préparatoire de l’Annonce

Tous les mardis des mois de mai et juin, nous partageons avec vous un extrait des meilleurs moments de la Masterclass Questions de style de Marie-Hélène Lafon.
Le 4 mars 2017, à la Maison de la poésie, en réponse à une question sur la construction du récit et le recours au plan pour l’écrivain, Marie-Hélène Lafon a lu le texte qui lui a servi de base pour écrire son roman l’Annonce.

Marie-Hélène Lafon fait partie des auteurs qui savent nous parler du processus de création, de leur œuvre et de littérature avec un enthousiasme contagieux.

Voir la première vidéo : Marie-Hélène Lafon lit un premier extrait de Moments d’été : le thé.
Voir la deuxième vidéo : Marie-Hélène Lafon lit un second extrait de Moments d’été: la foi et le pain.
Voir la troisième vidéo : Marie-Hélène Lafon nous parle du temps et de la structure.
Lire notre précédent article sur la Masterclass Marie-Hélène Lafon.


Que proposent vraiment les plateformes d’auto-édition en ligne ?

Longtemps l’autoédition a eu mauvaise presse, ses pratiques n’étant pas toujours été considérées comme très professionnelles. L’arrivée du livre numérique au début du 21e siècle a considérablement changé la donne.
De nombreux sites proposant des solutions d’autoédition ont vu le jour. S’autoéditer est devenu plus facile et meilleur marché, encore faut-il savoir décrypter les différentes offres des sites spécialisés dans le domaine. L’Inventoire est donc allé regarder de plus près ce que proposent ces nouvelles plateformes d’édition.

S'autoéditer en ligne

La mise en ligne de votre manuscrit

Que votre manuscrit soit à destination commerciale ou non, celui-ci peut être très rapidement publié en ligne (24 à 48 heures selon les plateformes).
Il vous suffit de fournir votre texte en format Word à une des nombreuses plateformes d’autoédition : BoD, Edilivre, Iggybook, KDP d’Amazon, Librinova, Publibook, Publishroom, TheBookEdition, etc.
Celui-ci passera ensuite à travers les filtres de logiciels permettant d’écarter les plagiats, les textes incitant à la haine, la xénophobie, etc.
Il est donc très facile de mettre en ligne votre texte brut et gratuitement. Néanmoins, cela implique que votre manuscrit soit parfaitement abouti au niveau du style et de l’orthographe. Vous devez également fournir un fichier où votre texte est mis en page de façon professionnelle et avec une couverture qui va retenir l’attention.

Les plateformes d’autoédition proposent également des offres Premium intégrant des services de relecture, corrections, maquette et réalisation d’une couverture. Si vous n’êtes pas en mesure de les réaliser vous-même, ces services peuvent donc être intéressants. En ligne, le lecteur à l’embarras du choix, ne proposez donc pas un livre ayant un aspect trop amateur.

LIRE LA SUITE


Ecrire avec Jaume Cabré à partir de « Voyage d’Hiver », jusqu’au 7 juin !

Cette semaine, Alain André vous propose d’écrire à partir du recueil de nouvelles du Catalan Jaume Cabré « Voyage d’Hiver » (Actes-Sud, 2017). Envoyez-nous vos textes (un feuillet standard ou 1500 signes maxi) jusqu’au 7 juin à l’adresse suivante: atelierouvert@inventoire.com

Extrait

« Elle soupira, satisfaite, en exhalant la fumée. Tu vois ? Pas plus compliqué que ça. C’était facile d’être infidèle ; deux minutes, pif paf et ça y est, tu as commis un adultère. Manifestement, les anges ne descendaient pas en soufflant dans les trompettes du châtiment. Et cet homme presque inconnu avait un corps de rêve, à force de manger des yaourts.

– Comment tu fais pour ne pas avoir de ventre ?

Elle avait dit ça sur un ton familier, maintenant qu’ils étaient plus intimes.

– Je fais du sport. Et tu ne devrais pas fumer.

Il fait du sport. Il fait attention à lui. Pas comme moi ou Ricard. Il y a un moment où on se laisse aller et où on ne fait plus aucun effort, peut-être parce que l’autre s’en moque.

– Je m’en vais.

– Attends deux minutes. Tu me trouves jolie ?

– Je veux, mentit le mangeur de yaourts.

Un orgasme d’anthologie pour sa première transgression. Et pourtant, Neus l’avait mise en garde : si elle se décidait, la peur l’emporterait sur l’envie de s’amuser ; peur d’être surprise par Ricard, peur de pécher, peur de je ne sais quoi, que ça se voie sur sa figure quand elle sortirait dans la rue, oui ; mais l’orgasme, oublie ça. Et pourtant… Et avec le réparateur de machines à laver, un athlète très doux et très fort ; un animal. Pourquoi devrait-elle avoir peur ? Elle ne lui devait rien, à Ricard, ils ne s’aimaient pas… Et si justement aujourd’hui il se décidait à rentrer à la maison avant l’heure ? Non ; il n’avait jamais fait ça en douze ans.

LIRE LA SUITE


Vos textes à partir de « Le temps, le temps » de Martin Suter !

Il y a 15 jours, Alain André vous a proposé d’écrire à partir du roman de Martin Suter « Le temps, le temps » (2012 et Christian Bourgois, 2013). Nous avons sélectionné 5 textes parmi tous ceux que vous avez bien voulu nous envoyer ! Merci à tous de votre belle participation !

Julie BRIAND

Le réveil sonne à 6h15. Elle se lève, se douche, s’habille, se coiffe, se parfume, prend un café, claque la porte en partant. Une machine parfaitement huilée et minutée. Elle prend le train de 6h54, premier wagon, s’assoit à côté de la fenêtre, à droite, sa place préférée. Elle reconnait quelques fidèles à ce wagon, à cette heure précise, à cette direction précise, vers Montrouge. Silence parfait, toutes têtes baissées, recueillies vers un téléphone, un journal, un livre. Elle sort son miroir de poche pour, comme chaque matin, se maquiller légèrement.

C’est alors qu’elle voit, ou plutôt qu’elle ne voit pas. L’image n’est pas celle qu’elle attend. Un changement s’est opéré.

Pourtant tout est en place : son nez droit, sa bouche trop fine et pâle, ses joues creuses, ses cernes, ses yeux un peu tristes, ses sourcils drus, ses légers sillons sur le front. Un ensemble cohérent et familier mais qui pourtant n’est pas elle. Quelque chose manque, ou est en trop, indéfinissable. Peut-être cette lueur nouvelle dans les yeux. Elle est soudain étrangère à elle-même, au milieu de cet océan d’habitudes.

LIRE LA SUITE


Le parcours d’un manuscrit dans une maison d’édition

Par Laurence Faure

Nelly Garnier travaille comme lectrice chez Albin Michel. Elle reçoit des manuscrits et rédige des rapports de lecture à partir desquels se décideront en comité éditorial la publication des ouvrages. Nous l’avons rencontrée pour l’interroger sur le parcours d’un manuscrit de sa réception à sa publication. En filigrane, elle nous raconte aussi à travers ce témoignage sa passion de la lecture.

La première fois que nous nous sommes rencontrées, vous m’avez dit: « la lecture est le fil conducteur de ma vie »

Enfant, j’habitais un petit village et j’ai appris à lire très jeune, dès l’âge de trois ans, pour échapper à l’ennui. Par la suite mes parents m’ont offert tous les livres que je désirais et m’ouvraient même des comptes dans des librairies. Je pouvais en disposer comme j’en avais envie, sans contrainte. Jeune, j’avais des lectures très diverses, très libres.

C’est donc une pratique intensive qui vient de l’enfance ?

La lecture est devenue une sorte d’addiction. J’ai toujours rencontré des personnes qui m’ont aiguillée et encouragée dans mes lectures. Je suis venue de Rennes à Paris, j’ai fait hypokhâgne puis khâgne. Avec un groupe d’amis nous nous retrouvions très souvent et partagions une vie culturelle très riche.

Et comment êtes-vous devenue lectrice professionnelle ?

Tout simplement j’ai eu envie d’être lectrice dans une maison d’édition et j’en ai parlé autour de moi. J’ai envoyé un CV à Albin Michel qui m’a contactée et pour qui je travaille actuellement. Au tout début j’ai dû passer des « tests » en donnant mon avis sur quelques manuscrits. Et je suis maintenant en contact avec une dizaine d’éditeurs de cette maison.

Je lis principalement des romans mais aussi des polars, des essais, des ouvrages de développement personnel. Généralement je lis des manuscrits des auteurs maison (des auteurs publiés par Albin Michel) ou des auteurs qui ont déjà été publiés par d’autres maisons d’édition.

Lire pour une maison d’édition, ça veut dire quoi ? Quel est votre quotidien de lectrice chez Albin Michel ?

Je reçois en général une dizaine de manuscrits par mois sous forme de feuillets A4 paginés en double interligne. Ces manuscrits me sont envoyés par différents éditeurs de collection. Je les lis et dans les huit jours je les renvoie accompagnés d’un rapport de lecture pour chaque manuscrit. Je peux lire un livre en une journée. Je ne fais pas de correction sur ces manuscrits. Je lis simplement dans un premier temps, puis je relis et prends des notes et enfin je rédige un rapport de lecture. Cela veut dire rédiger un document d’une ou deux pages en général,  avec d’un part un résumé détaillé de l’intrigue, et d’autre part un avis librement argumenté. Je passe pour chaque manuscrit en moyenne une dizaine d’heures. LIRE LA SUITE


tumblrlivzdik7RT1qi6n8yo1400Les sites que nous aimons :

Ecrire une série télé:

http://www.critictoo.com/

https://www.hypnoseries.tv/

http://seriestv.blog.lemonde.fr/

Editeurs, blogs d’écrivains:

Louise Bottu éditeur littéraire

Tindbad éditions

Le blog littéraire de Pierre Ahnne

Le blog de Françoise Khoury

La revue Le Paresseux

http://www.iggybook.com/fr/

http://piapetersen.net/

http://www.mathildevermer.fr/

http://www.ledireetlecrire.com/

Suivez-nous sur Twitter: https://twitter.com/linventoire

L’Atelier Ouvert en librairie

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer