140 ² de Marc-Emile Thinez aux Éditions Louise Bottu

140 ² la révolution en 140 tweets ou les Lendemains qui gazouillent (roman paru aux Editions Louise Bottu, collection Contraintes, 2014)

« On dit qu’il faut un début à tout. Entendre il faut un début à rien. Contre l’angoisse du rien : l’impérieuse nécessité : faire des histoires ».

Marc-Emile Thinez

e20eec_52895cfb87fa4edf8bf170a51e4d864cEngagez-vous, rengagez vous qu’ils disaient, Marc-Emile Thinez est un Bardamu sans guerre, un Célinien sans transatlantique, un Godot sans Beckett, alors il fait sa révolution de mots pour aller voir là où il est.

En 140 fois 140 caractères, il met en aphorismes le roman d’un monde dont on ne sait s’il faut courir pour le rattraper, ou le fuir pour retrouver l’énergie de sa propre course.

Parodie de la modernité, éloge de la référence (Chamfort, Zatopek, René Girard), l’humour et la distance sont de mise pour ce passage à tabac en forme de contre-culture du tweet dont le gazouillis se perd dans l’algorithme du monde.

Pour ce recueil de 140 messages écrits sous la contrainte, je n’en adopterai aucune pour citer trois passages arbitrairement choisis qui m’ont fait rire, du côté de Cioran :

37

Révolution, projet de se changer soi-même, dont on est insatisfait. Mais on ne se refait pas. Comme on ne se refait pas, on refait le monde.

37 bis

Se refaire, soi ? Imiter l’image qu’on se fait de l’autre, désirer ce qu’on s’imagine qu’il désire, tout soi est là. JT imitant René Girard.

43

L’Homme archaïque se cherchait ailleurs, le moderne n’a nulle part où aller et se demande d’où il se rend compte qu’il n’a plus lieu d’être.

e20eec_db5c6fc975c440efb4d34c98443f7275La lucidité n’exclut pas la bonne humeur.

À découvrir de toute urgence sur le site de l’éditeur Louise Bottu, avec le Dictionnaire de trois fois rien suivi d’un dictionnaire de rien du tout.

Danièle Pétrès

Partager

ut tristique accumsan nec vel, dolor Praesent commodo Praesent Phasellus id, odio