Le Monde de Fred Deux au Musée des Beaux Arts de Lyon

Fred Deux, dessinateur, poète oral, écrivain et auteur du livre La Gana (sous le pseudonyme de Jean Douassot) est un artiste singulier, un autodidacte né dans la cave d’une maison bourgeoise au sein d’une famille ouvrière. Il n’a eu de cesse comme il le dit lui-même de « passer et de faire passer ». Le Musée des Beaux Arts de Lyon lui consacre actuellement une exposition qui se termine le 8 janvier 2018.
Pour mieux comprendre l’univers de cet artiste singulier; il n’est qu’à lire ces quelques lignes publiées dans L’O de l’œil,  livre de 15 dessins et 5 textes, réalisé par Fred Deux (1924-2015) pendant l’hiver 1980 : « J’ai – moi le dessinateur – par secousses et de façons furtives bizarrement ressenti cela : j’atteins mes états de l’intérieur comme en nageant, devenant mon seul organe, le liquide dans lequel je me meus s’écartant pour mieux m’avaler (…), dans un engendrement de l’image vue, comme s’épanouit la fleur de la mort dans le sang à l’instant où il se fige. »
Deux outils façonnent ainsi le travail de Fred Deux: la ligne et la tâche. Ce qui est particulièrement bouleversant dans cette exposition est de se sentir traversé par le  monde organique,  spirituel,  physique que Fred Deux portait en lui. L’écriture et le dessin intimement liés dans ses oeuvres nous entraînent sur le chemin d’une vie qui donne forme et sens à ce qui était prisonnier.
Une oeuvre qui, pour trouver ce chemin entremêle volontiers le langage et les formes.
A la fin de l’exposition, j’ai eu envie de prolonger ce moment d’intimité et ai acheté  dans la collection Paroles d’artiste, Fred Deux, FAGE Editions, dont voici un extrait – initialement paru sous le titre « Gris » (Editions de la Différence):
« J’IMAGINE
Que vous regardez ce dessin. Que vos yeux cherchent et qu’ils
trouvent ce que les miens ne peuvent plus voir. Que voyez-
vous ? Un lent enroulement finissant par faire venir un profil
 d’homme. Un lien qui se crée en bas,  à droite. Par une pince
 qui tient un bout de chair mou. Une espèce d’homme à tête
 grenouillante et encore,  à gauche,  une forme qui cherche à
 devenir une autre espèce d’homme ?
Rien de ce fatras imaginaire,  pour moi. Seulement cinq jours
 de travail qui ont usé quatre crayons B3 à quoi s’ajoutent 80
 cigarettes et la sensation d’avoir une hernie dans la bouche.
Rien de plus que ces jours + cigarettes + crayons et qui égalent
 un dessin.

Une exposition à ne pas manquer !

Sylvie Neron-Bancel
Coordinatrice Aleph-Ecriture Lyon
Formatrice en écriture

Partager

leo. felis eleifend elementum ipsum consequat. mi, Donec fringilla