Le temps des maisons / Semaine 8 : Pierrick Lemaire

En réponse à notre appel à écriture, « À table », voici un texte de Pierrick Lemaire

Catastrophe ! le congélateur a rendu l’âme.

Le soir de l’anniversaire de mon amoureuse ; oubliée la sortie prévue au restaurant, Il faut en effet soulager les sachets qui s’amollissent pitoyablement :

Huit crevettes géantes tropicales,

Des crevettes d’apéritif à l’ail et au romarin,

Une touche Thai avec des crevettes au curry rouge,

Un Carpaccio de saumon,

Des noix de coquilles Saint-Jacques.

C’est décidé, le romantisme sera marin ; une grande assiette « farandole de la mer »

Attention au timing, les 4 feux sont prêts : top c’est parti !

Poêle numéro 1, délicate et galbée : la cuisson est rapide pour les crevettes apéro, 4 minutes à feux moyen, j’ajoute une pointe de sel et de romarin juste avant de les sortir ; quel fumet !

J’ai faim

Poêle numéro 2, un peu plus sportive qui apprécie la proximité avec numéro 1 (holà, pas de familiarités en cuisine !) : feu au maximum ; les noix de Saint-Jacques frétillent d’aise ; je baisse le feu dès l’apparition de la couleur beige ; je parsème de persil ; mes papilles s’agitent.

J’ai très faim

Poêle numéro 3, en fonte, un peu rustique, que rien n’effraie et certainement pas les gambas géantes ; Un peu d’ail, du persil et une cuillérée de coulis de tomates. Je salive.

J’ai vraiment faim

A côté, la poêle numéro 4 semble timide ; plus fluette et habituée à câliner l’œuf matinal, elle répond pourtant présente pour saisir les crevettes Thai sans faire fuir le léger piquant du curry ;

J’ai trop faim

Les assiettes endimanchées attendent leur parure.

Au centre de l’assiette, les crevettes Thai, yeux vers le ciel, laissent le curry piquer les narines,

Au milieu, les crevettes géantes se cognent pour former un joli cœur,

Autour s’enroulent les noix de saint Jacques, protectrices, à la vapeur enveloppante,

Sur le tour de l’assiette enfin, les petites crevettes, délicates, qui séduisent le nez d’un subtil parfum aillé.

Mon nez hume ce fumet, mélange de senteurs marines et d’épices : prometteur ; mais une pincée de gingembre s’impose. Après tout c’est un repas d’amoureux !

Sur la table, le carpaccio de saumon attend sagement dans son ramequin

Vite, remplir deux verres de chablis frais dans de grands verres.

Chérie, c’est prêt !

id leo commodo in neque. consectetur