Vos textes à partir de « Peste et choléra » de Patrick Deville

Cette semaine nous avons choisi trois textes, voici celui de Claire Desmonds, en réponse à la proposition d’écriture à partir du livre de Patrick Deville « Peste et choléra », à retrouver ici. ‪ 

Le Grand Georges

Elle ne sait pas comment il est mort. La dernière fois qu’elle l’a vu, il vivait dans une caravane, pas loin de la mer. Qui l’a trouvé ? De quoi est-il mort ? Elle sait peu de choses. De sa vie elle ne connaît que les bribes saisies durant les quelques années où ils se sont connus. Son père habitait Metz. A la mort de sa mère, il était en prison et on ne l’avait pas autorisé à aller à l’enterrement. Sa première peine ? 13 ans pour un vol de mobylette. Le début de l’engrenage. A Lille, il avait mené une vie de casseur et de flambleur : bijoux, vêtements, luxe. Il avait quitté Lille pour rompre avec ce milieu, tenter d’infléchir le cours de sa vie. Le hasard l’avait amené dans le sud. Il y devint toxicomane.

Le Grand Georges. Une silhouette qui arpente la ville en pantalon et manteau de cuir long. Un type grand et maigre couvert de tatouages bleutés, apanage de ceux qu’on appelle les taulards, ceux à qui les gardiens disent à bientôt, le jour de leur sortie. Les dernières années, il avait ajouté son prénom à elle sur la face interne de son avant bras droit. Il n’en reste plus rien maintenant.

De cures de désintoxication en rechutes, d’arrestations en incarcérations, en hospitalisations, la vie avec lui n’était pas une sinécure. Elle revoit son regard bleu, malicieux, le pied de biche qui prolonge sa paupière supérieure comme un trait d’eye-liner. Elle se souvient de sa loyauté. Elle se souvient qu’il était son amour.

 C.D.

Partager

at Nullam sit Curabitur et, ut quis Donec felis Phasellus dolor mattis