“J’ai toujours aimé l’art, et j’ai toujours aimé la lecture” déclare Jodi Harvey-Brown, une artiste qui a décidé d’unir ses deux passions en créant des livres-art.

Par son travail de sculpture, elle donne ainsi vie en trois dimensions aux histoires, en découpant ses livres favoris. Particulièrement portée sur la littérature fantastique, elle aime retranscrire la magie d’outre-mondes invisibles, que seule son imagination sait restituer.

Sacrilège ? Harvey-Brown se défie des personnages et de ceux qui les ont créés. Elle n’en démord pas : “les personnages auxquels on s’attache devraient pouvoir sortir des pages d’un livre pour prendre vie”. A l’image du héros du film Zelig de Woody Allen, ces elfes de papiers défient leurs auteurs, et nous confrontent avec cet objet hybride qui prend une part chaque jour plus importante dans la création contemporaine : le livre d’art. Déclinaison sans contenu autre que visuel; avec des caractères mélangés qui en défient le sens, cette tendance scrapbooking ressemble à la victoire annoncée de l’image sur le texte. A moins que ce ne soit une interprétation post-moderne du livre.

DP

Partager

dolor. Donec consequat. Phasellus dapibus sit leo. amet, pulvinar elit.