“La nuque de Marcus” de Camille Assaf

C’est en découvrant que le thème du dos réveillait des souvenirs que l’idée d’agencer ces histoires de dos s’est mise en place. L’idée d’en faire un livre s’est ensuite imposée à Denis, Geneviève et Guillemette. Nous en avons déjà publié 4 extraits, et terminons par Camille Assaf, avant de publier le “mode d’emploi” de ce livre écrit à plusieurs mains.
 
Quand Denis m’a lancé le défi d’imaginer un dos, l’idée m’a happée comme si je l’avais eue moi-même. Pourtant, c’est drôle, je ne me suis pas souvenue de ces premiers émois. Mais je suis retournée instantanément  à l’image qui a fait basculer ma vie – comme le font certains détails, qu’on ne saurait qu’a posteriori relier aux racines de notre inconscient. L’ironie étant : celui qu’on aime de dos, on ne voit pas son visage.
Ce n’est pas pour casser du sucre sur son dos, mais l’adolescente que j’ai été (il y a longtemps), était un peu bécasse.
J’avais vu Un tramway nommé désir et je disais aux copines : j’aime le dos de Marlon Brando.
En cousant des robes pour des bals imaginaires, j’écoutais en boucle Nellie Lutcher chanter “You’ve got a fine brown frame…
I wonder what could be your name…” (“Tu as une carrure belle brune, je me demande quel pourrait être ton nom…”) J’avais, en somme, une petite obsession du dos, et ce-faisant, jamais je n’y aurais accolé le mot désir, bien trop gros, trop plein de responsabilité.

DONNEZ-MOI UN DOS © GUILLEMETTE | DENIS | GENEVIEVE | Octobre 2020

Plus d’informations et contact : contact@donnezmoiundos.fr

Partager