Delphine Tranier-Brard : Écrire d’autres vies que la sienne

Écrivain des mémoires, Delphine Tranier-Brard explore par l’écriture les rouages du réel. Venue à la biographie après huit ans de conception dans l’industrie, nègre d’une trentaine de biographies privées et de Chercheur d’or bleu (éd. Cheminements), elle animera à partir du 2 mars le stage « Biographie-Initiation ».

L’Inventoire : Vous avez écrit une trentaine de biographies. C’est énorme ! Comment êtes-vous venue à la biographie ?

Delphine Tranier-Brard : Une passion pour les gens et les histoires qu’ils racontent… le pari de vouloir vivre de l’écriture… la nécessité de laisser une trace… tout cela m’a amenée à la biographie et à l’animation d’ateliers d’écriture. Écrire des biographies privées a été une étape essentielle sur le chemin de mes propres livres.

L’Inventoire : Qui sont ces personnes pour qui vous écrivez des biographies ?

Des « petites gens ». Des vieux. Des Vies minuscules… Je le dis avec beaucoup d’amour et de tendresse. Ce n’est pas l’école qui m’a appris l’histoire, ce sont eux, leurs exodes singuliers, les kilos de linge chargé dans les charrettes avant toute autre chose : les femmes avaient passé une vie à le broder…

Diane Arbus

L’Inventoire : Vous indiquez dans le programme du stage « Biographie-Initiation » qu’il est destiné à « Toute personne intéressée par l’écriture d’autres vies que la sienne ». En quoi est-ce inspirant, la vie des autres?

Un personnage est là. Il vous interpelle. Laurence Tardieu écrit à propos de Diane Arbus, dans Une vie à soi : «J’ai voulu tout savoir d’elle. Elle, morte, qui m’avait empoignée, moi, vivante.» Vouloir tout savoir de l’autre, explorer par l’écriture ce qui de l’autre vient vous chercher, est une énergie d’écriture formidable. Dans le module 3 de la formation à l’écriture littéraire, j’invite les participants à gratter le réel jusqu’à en extraire un sujet qui les touche, un sujet qui les somme de prendre la parole par l’écriture. Le stage s’inscrit dans ce même geste.

L’Inventoire : Vous avez conçu avec Michèle Cléach une formation dédiée au métier de biographe. Le stage « Biographie-Initiation »  en est-il une version courte ?

Les enjeux de ces formations sont très différents. La formation de biographe s’adresse aux personnes ayant le projet d’écrire « pour » l’autre. Elles viennent mettre au travail la construction du récit biographique à partir d’une énonciation orale, et réfléchir à leur posture professionnelle. Les proches seront le plus souvent les seuls destinataires du texte produit. Ils chercheront à y reconnaître la voix de celui que nous appelons « le biographié ».

Le stage « Biographie-Initiation » est plus littéraire. Chacun choisit librement son « sujet » et invite le lecteur à une croisière au cours de laquelle il élargira son expérience de vie en s’imaginant dans la peau du personnage qui a inspiré l’auteur. Il s’agit ici de création littéraire et personnelle.

L’Inventoire : Que peuvent attendre les participants de votre stage ?

Se frotter au genre très actuel de la biographie littéraire, s’emparer d’une personnalité (connue ou pas) par l’écriture, en faire un personnage littéraire et en chemin, se demander : par quel biais aborder cette vie ? Qui la racontera ? L’auteur aura-t-il une place dans le texte ? Laquelle ?

Emmanuel Carrère écrit à son personnage dans L’adversaire : « (Mon problème) est de trouver ma place face à votre histoire. (…) Ce n’est évidemment pas moi qui vais dire « je » pour votre compte, mais alors il me reste, à propos de vous, à dire « je » pour moi-même».

Delphine Tranier-Brard animera à Paris la formation Biographie-Initiation sur 2 week-ends : les 2-3 mars et 30-31 mars.

Ainsi que le module 3 de formation générale à l’écriture littéraire du 7 avril au 23 juin (4 jours) « Module 3 – Écrire à partir du « réel » (présentiel) ».

risus risus. id, ut tempus facilisis commodo