IMG_2825
Crédits photographiques: Betweeners

Par Christine Dessaux

Christine Dessaux-Lepointe, poète, lauréate du grand prix des poètes lorrains 2008, collaboratrice des Editions Gelbart, nous parle de son premier atelier d’écriture poétique mené sur la Toile. Elle a écrit un texte poétique en rapport avec l’atelier d’écriture.

Tantôt, comme un oiseau

Qui joue avec l’ombre sur un mur blanc

Il s’étire, se déploie.

Tantôt, il ne s’ouvre ni se ferme.

Tu te tiens devant lui.

Dans le jour qui point.

Dans celui qui recule.

Sur la diagonale du temps

Tu ne sais.

Comment savoir ?

Avec quoi nommer ?

Tu ne sais.

L’hiver s’est enfoncé dans la terre.

Et ne veut pas en démordre

Mais toi tu te souviens de

Vos mots pleins la bouche de

Vos sourires pleins les yeux et des

Battements dans la poitrine…

Comment ne pas ?

Tu te souviens c’est tout et même si

Les mots pleuvent

Tu hésites.

Comment nommer ce qui ne se dit pas ?

Lui dit c’est moi mais toi

Tu ne vois ni forme ni lumière

Qui frôlerait ton visage

Tu sens seulement

Que ça claque

Que c’est net

Que c’est sans appel.

 

Le miroir est désert

Ni inspir ni expir :

Un entre-deux ?

Entre inspir et

Expir ?

Tu te dis qu’un

Autre vent soufflera

Et même si

Ton regard est sombre il

Sourit.

L’attente ne sait pas

Qu’elle attend.

Muette

Comme une pierre

Elle se pose au bord de tes lèvres

Mais lui ?

Tu ne peux dire

Quand où comment.

La neige recouvre tout

Toi, tu t’enfonces

Dedans

Tu attends.

 

Qu’il te trouve

Qu’il te prenne

Dans un tremblé de voix

Si frêle si

Ténu si

Brûlant

Qu’il se pose

Le silence

Son silence

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager

ut dictum fringilla dapibus mattis porta. venenatis, risus ipsum quis ultricies diam